Accueil Vivre dans les tropiques Choisir les Antilles françaises comme île de prédilection

Choisir les Antilles françaises comme île de prédilection

12
0

Tous pensent que les destinations tropicales riment surtout avec vacances. Cependant, là-bas, on subsiste et on travaille comme partout. Mais la gratification : une conjoncture quasi-paradisiaque. Sable blanc, eau bleue azure et cocotiers, pourquoi ne pas s‘installer aux Antilles ?

Savoir s’adapter

Les Antilles françaises font partie de la France. De ce fait, si vous souhaitez changer d’horizon tout en préservant vos marques professionnelles et administratives, ces îles vous séduiront. Toutefois, vous devrez tolérer la chaleur. Les températures varient annuellement entre 20 et 30°. Vous devez aussi vous conformer à la cadence antillaise. Si vous n’avez exercé qu’en zone urbaine, vous serez étonné car aux Antilles, on doit s’initier à prendre son temps. La moiteur y contribue. Puis, soyez prêt par rapport à l’isolement géographique. Mais heureusement, Skype, MSN, blogs et réseaux sociaux existent, vous permettant de communiquer avec vos proches.

Coût de vie exorbitant

Affectionner les Antilles implique de jouir de la mer et des panoramas, mais également de savoir estimer ses résidents et ses coutumes. Pour une meilleure intégration, il faut y mettre du sien. Votre comportement et votre tact de jugement vous distingueront. Le climat étant torride, les rapports entre autochtones deviennent tumultueux. Surtout, ne pas se référencer continuellement à la France en insinuant que c’est mieux. Autre particularité locale : le coût moyen des dépenses s’avère plus élevé que dans l’Hexagone. La valeur des aliments vaut plus, spécifiquement et les marchandises importées. Pour un chariot local similaire à un hyper en France, préparez 20 à 50 % de surcoût en payant en fonction des articles. De plus, l’immobilier a excessivement accru. Donc, s’héberger dans une villa avec vue sur la mer comme on le fantasme reste encore au stade du rêve. Pour contrebalancer ces tarifs en général excessifs, vous pouvez profiter d’un dégrèvement fiscal de 30 % dans les Antilles. En conséquence, pour subsister aux Antilles, il n’y a qu’une seule option : travailler.