Accueil Conseils de voyage Vos comptes réseaux sociaux avant d’entrer aux États-Unis !

Vos comptes réseaux sociaux avant d’entrer aux États-Unis !

42
0

Tous les voyageurs qui souhaitent se rendre aux USA pour un séjour de moins de 90 jours doivent obligatoirement disposer d’une autorisation esta. Qu’il s’agisse d’un voyage d’affaire ou juste pour le tourisme, tout ressortissant d’un pays profitant du programme d’exemption de visa doit en faire la demande en ligne.

Par ailleurs, un ajout a été fait sur le formulaire de demande de l’ESTA. Ceci concerne les comptes réseaux sociaux des arrivants comme Twitter, Linkedin, Instagram ou encore Facebook. Ce changement a fait beaucoup parler de lui, particulièrement auprès des organisations œuvrant pour le respect des libertés des personnes.

Quel est le principe de cette mesure ?

Récemment, le département de la sécurité intérieure américaine a décidé d’intégrer deux autres cases au formulaire ESTA. Ces deux cases sont dédiées à vos comptes réseaux sociaux. Notez que jusqu’à présent, ces informations sont encore facultatives, mais dans un avenir proche, cela pourrait changer. En tout cas, cette autorisation est nécessaire pour voyager sur ce territoire.

Cette collecte d’informations relatives aux réseaux sociaux a pour objectif d’offrir aux autorités américaines plus visibilité et plus de clarté sur de possibles connexions et activités malveillantes. Outre ce but, ces dernières veulent également améliorer le processus d’enquête. Certes, cette mesure peut faciliter le travail des services de douane, néanmoins, elle fait aujourd’hui l’objet de nombreuses manifestations.

Une initiative qui met en colère les associations pour les libertés

Cette mesure qui vient d’une proposition de loi déposée par le Département de la sécurité intérieure américaine en juin dernier, ne fait pas le bonheur de tout le monde. On note parmi les plus mécontents, la Internet Association qui regroupe tous les géants du web américain et d’autres organisations de défense des citoyens.

Ces associations dénoncent entre autres une menace sur le respect de la vie privée des voyageurs et sur la liberté d’expression. Malgré toutes ces protestations, l’État américain reste ferme et veut continuer sur cette lancée.